Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


21.

Il faut faire avant tout des coupures énergiques dans l’œuvre de Wagner, de sorte qu’il n’en reste plus que les trois quarts : d’abord son récitatif, qui met les plus patients au désespoir… Ce n’est chez Wagner qu’un effet de sa vanité s’il veut conserver jusque dans ses plus petits détails l’enseignement de son œuvre… Le contraire serait plus juste !… Il lui manque la facilité de présenter ce qui est nécessaire, comment saurait-il nous imposer la nécessité ?

22.

Qu’est-ce qui pourra seul nous rétablir ? — L’aspect de la perfection !


NOTES

La troisième Considération inactuelle fut composée à Bâle de mars à juillet 1874, puis à Bergün (Grisons) de la mi-juillet au début d’août de la même année ; elle fut achevée à Bâle en septembre et entièrement imprimée dans le même mois (chez C. G. Naumann, à Leipzig). La publication eut lieu en octobre, à Chemnitz, chez E. Schmeitzner, qui avait en même temps acquis de E. W. Fritsch l’édition des deux premières Inactuelles. À dater de 1886 la première édition des trois premières parties retourna chez E. W. Fritsch à Leipzig (sans date). La seconde édition parut en octobre 1892 chez C. G. Naumann à Leipzig (Unzeitgemässe Betrachtunger, II ter Band, 1893).

La présente traduction de Schopenhauer éducateur a été faite sur le premier volume des Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche, (p. 385-494), publié en 1895 par le Nietzsche-Archiv., chez C. G. Neumann à Leipzig.

La quatrième Considération inactuelle fut commencée à Bâle en février 1875 et rédaction en fut continuée jusqu’en mai, reprise en septembre et poussée, en octobre, jusqu’au chapitre IX. En mai 1876 Nietzsche se décida à publier les huit premiers chapitres à l’occasion des fêtes de Bayreuth. Au cours de l’impression il écrivit encore trois chapitres, le 17 et le 18 juin, à Badenweiler (Bade) et les pu-