Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jamais. S’il n’avait pas fini par avoir le mauvais goût (ou la triste obligation) de faire cause commune avec des « esprits » d’une qualité impossible, avec ses adhérents, les wagnériens, je n’aurais eu aucune raison de prendre déjà congé de lui de son vivant, de lui, le plus profond et le plus audacieux et aussi le plus méconnu parmi ceux qui sont au aujourd’hui difficiles à connaître, parmi ceux dont la rencontre a contribué, plus que toute autre, à développer chez moi la Connaissance, en faisant cependant la réserve que sa cause et ma cause ne voulaient pas être confondues et qu’il a fallu une bonne dose de maîtrise de soi avant que j’apprisse à séparer le sien et le mien par le sectionnement qui convenait. Que j’aie pris conscience des problèmes du comédien (un problème qui est peut-être plus loin de moi que tout autre, et cela pour une raison difficile à exprimer), que j’aie découvert et reconnu le comédien au fond de chaque artiste, le type spécifiquement artistique, c’est au contact avec cet homme que j’en suis redevable. Il me semble que j’ai des artistes et des comédiens une idée pire que celle que se faisaient les philosophes qui m’ont précédé. L’amélioration du théâtre m’importe peu, encore moins sa « cléricalisation » ; la véritable musique wagnérienne ne m’appartient pas assez ; pour mon bonheur et pour ma santé je pourrais même m’en passer (quod erat demonstrandum et demonstratum).

6.

Une époque de démocratie fait monter le comédien au pinacle, à Athènes comme aujourd’hui chez nous. En cela Wagner a dépassé jusqu’à présent tout ce que l’on peut imaginer et il a fait naître une conception supérieure du comédien qui peut faire frémir. Musique, poésie religion, culture, littérature, famille, patrie, relations — tout cela cède le pas à l’art, je veux dire aux attitudes de théâtre.