Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/149

Cette page n’a pas encore été corrigée


qué parle reploieiinent sur soi-mêmc, ui paisible retraite en soi-même, un tensps de répit pour re ; andre haleine —et c’est bien ainsi que le comprit certainement Shakes’peare, son meilleur lecteur, — voilà ce que signifient, maintenant ies études historiques pour l’esprit moderne. Si, depuis unsiècle, les Allemands se sont’particu.liè· é rement occupés des études historiques, cela prouve que, dans le mouvement du monde moderne, ils sont la puis-’, sance retardatrice, ralentissant, calmante. Ce fait sera ··, · peut être interprété par quelques-uns comme une louange en leur faveur. Mais c’est ; en somme, un indice dangereux, quand on voit les efforts intellectuels d un peu-, ple se tourner de préférence vers le passé, c’est un signe d’amollissement, de régression et d’inl-irmité, de telle sorte que ce peuple se voit exposé de la façon la plus dangereuse à toutes les fièvres contagieuses, comme par exemple la fièvre politique. Dans l’histoire de l’esprit moderne, nos savants sont les représentants d’un pareil état de faiblesse, par opposition à tous les mou-, vements réformateurs et révolutionnaires ; ils ne se sont pas imposé la plus noble des missions, mais il : s.se sont · assuré une espèce particulière de paisible bonheur. A vrai dire’, chaque démarche plus indépendante et plus virile passe à côté d’eux, bien entendu sans passera — l’., côté de l’histoire proprement dite. Celle-ci tient en réserve, au fond d’ellé¤même, bien d’autres forces, ainsi Q que l’ont devinéddes natures telles que Wagner ; mais elle a besoin d’être écrite une fois dans un sens beaucoup plus sérieux et plus sévère par une âme vraiment puis-. Sante et non plus dTune manière optimiste, c0Inme par le. passé, tout autrement donc que les savants allemands