Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/140

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’amour, débordant de bonté et de douceur, ennemi de toute violence, de toute immolation de soi, avide de liberté, que celui qui parla à Wagner. Cet esprit descendit sur lui et l’enveloppa de ses ailes tutélaires, lui montra le chemin. Nous.voici prêtsà jeter hun regard f sur l’autre sphère de la nature de Wagner. Mais comment la décrire ? g ’

Les créations d’un artiste ·ne sont pas sa propre ~·’. image, mais 1"ordre, dans lequel se succèdent les créa »vtions’qu’il fit vivre avec tout son ardent amour, donne I partout quelques indications sur 1’artiste lui-même, j. Qu’on se représente en esprit Bienzi, le Hollandais vo’ Ã lant et Senta, Tannhaauser et Elisabeth, Lohengrin et Elsa, Tristan et le roi Marke, Hans Sachs, Wotan et ~, a, . Brunh.ilde ;’toutes ces ügures sont reliées entre elles par un même courant souterrain de perfectionnement et L ; d’accroissement moral, dont les eaux s’épurent toujours M davantage en avançant ; c’est ici que nous nous trous L vous, pleins d’une réserve respectueuse, en présence de —. l’âme même de Wagner, alors qu’elle accomplit un de ses plus mystérieux développements. Chez quel "artiste percevons-nous quelque chose de semblable, dans des proportions aussi vastes ? Les créations de Schiller, de’puis les Brigands jusqu’Wallenstein et Guillaume Tell, suivent une voie semblable de perfectionnement successif et nous éclairent également, en une certaine " mesure, sur le développement de leur auteur ; mais ’chez Wagner, la proportion est plus grandiose, la carrière parcourue plus étendue. Tout participe à cette épu-V ration, et sert à l’exprim.er, le mythe aussi bien-que ’la musique ; dans l’Anneau du Niebelung je trouûe la