Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


lée que légèrement et imparfaitement satisfaite. Aussi loin que s’étendaient les regards du jeune homme, il se voyait entouré d’esprits singulièrement vieillots, mais ’ · sans cesse en activitéformantun contraste ridicule avec a l’êclat du théâtre et avec l’allure entraînante de ja musîque, un contraste incompréhensible. Or, celui qui sait s comparer s’étonne toujours qu’il soit si rare que l’l1om-J me moderne, lorsqu’il est doué de talents remarqua-· bles, possède, durant son enfance et sa jeunesse, des qua-. lités de naïveté, d’originalité sans apprêt, et combien il n lui est difficile de les posséder. Tout au contraire, des hommes’vrares, tels que Goethe et Wagner, qui s’élëventà la naïveté, la possèdent maintenant plutôt à l’âge mûr que lorsqu’ils sont enfants et adolescents ; L’artistesur— · tout, doué en naissant d’une forte mesure de puissance V d’imitation, sera forcé de subir Fémouvante diversité de la vie moderne, comme on subit de violentes maladies ’-e infantiles. Comme enfant et comme adolescent, il ressemblera plutôt à un vieillard qu’à lui-même. Le type si merveilleusement fidèle du jeune homme, tel qu’il est réalisé dans le personnage de Siegfried de l’Anneau du Niebelung, ne pouvait être aperçu que par un homme s’ », r et même seulement par un homme qui n’a vu s’épanouir " que tardivement sa propre- jeunesse. L’âge mûr dei ’ Wagner fut tardif comme sa jeunesse, de sorte que, ’en ceci du moins, il est le contraire d’une nature qui a q ··— tout anticipé.

Avec Tapparition de sa virilité intellectuelle et morale · commence aussi le drame de sa vie. Et comme le spectacle nous en semble changé l Sanaturei paraît simpli- V Hée d’une façon efl’rayante, déchirée en deux instincts