Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/119

Cette page n’a pas encore été corrigée


tête contre une poutre, il n’eH 6St Plüis (16 miêmë all’ jourd’hui. On les fait accompagner, comme Swift le raconte des Liliputiens, d’une bande de joueurs de Cré-. celle, capable de leur asséner de temps en temps un ’ coup léger sur les- yeux ou ailleurs. Il se peut qlw 685coups soient parfois trop rudes ; alors les extatiques I s’oublient jusqu’à les-rendre, ce qui iinit 10ujou1’S à s, leur plus grande honte. « Ne vois-tu donc pas la poutre, - V imbécile I is s’écrie le joueur de crécelle. Et, de fait, le philosophe s’aperçoit du danger qui- le menace, Gi, aussitôt, il s’adoucit. i

Ces joueurs de crécelle, ce sont les sciences naturelles et les études historiques. Ils ontpeu à peu intimidé la rêvasserie allemande et les personnes du métier que l’on a si souvent confondus avec la philosophie, au pûlîll QU6 t i’i-ces rêvasseurs ne demanderaient pas mieux maintenant que d’abandonner la tentation de marcher tout seuls. Mais, quand ils se jettent à l’improviste dans les bras des joueurs de crécelle ou qu’ils essayent une mise en tutelle qui consiste à se mettre eux-mêmes à la remorque, ceux-ci font aussitôt autant de bruit que possible, comme s ?ils voulaient dire : « Il ne manquerait plus que cela l Un pareil rêvasseur veut nous salir les sciences naturelles et les études historiques. Enlevez-le ! » Alors ils s’en vont de nouveau, trébuchant en arrièregtvers leur propre perplexité et leur propre incertitude. A 10t prix ils, veulent avoir entre les mains un peu de science naturelle, un peu- de psychologie empirique, ·comme · les partisans d’Herbart~, à tout prix aussi un peu d’hiS-·, toire. Alorsils peuvent au moins faire semblant publiaquement de s’occuper d’une façonvscientifique, bien que