Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra (trad. Albert, 1903).djvu/481

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pitres des Modem Painters de John Ruskin s’intitule « of the Superhuman Ideal » (vol. II, chap. v.) Cet « idéal superhumain », que Ruskin cherche dans l’art, correspond à peu près à cet autre idéal de Surhumanité que Nietzsche voudrait introduire dans la vie pour y amener l’homme. C’est donc bien à tort que M. Jean Izoulet a donné le titre de Les Sur-Humains à sa traduction des Representative Men d’Emerson, en indiquant spécialement que les « types » du penseur américain sont « à beaucoup d’égards les « surhommes » de Nietzsche ». Les grands hommes dont parle Emerson correspondent tout simplement aux « hommes supérieurs » de la quatrième partie de Zarathoustra — ces hommes supérieurs qui ne sont que la promesse du Surhumain. Dans la préface italienne du Triomphe de la Mort, préface qui n’a pas été traduite en français, M. Gabriel d’Annunzio évoque cette ombre du Surhumain, comme une vision de l’avenir : « Noi tendiamo l’orecchio alla voce del magnanimo Zarathustra, o Cenobiarca ; e prepariamo nell’arte con sicura fede l’avvento del Uebermensch, del Superuomo. »

Le mot Uebermensch se rencontre d’ailleurs pour la première fois dans la littérature allemande, au premier acte du Faust de Gœthe, dans la scène où apparaît le « Erd-geist ».

Page 40, ligne 13 du b :

Les hallucinés de l’Arrière-Monde — die Hinterweltler, ceux qui croient à l’existence d’un monde transcendantal.
119, ligne 10 du h. :
Tout ce qui est immuable — n’est que symbole ! — contrepartie des vers de Goethe à la fin du second Faust : « Tout ce qui passe — n’est que symbole ».
143, ligne 8 du h. :
tarantelle — Tarantel, le même mot signifie en allemand tarantelle et tarentule.
173, ligne 4 du h. :
De l’immaculée Connaissance — jeu de mots sur Erkenntnis (connaissance) et Empfængnis (conception).