Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/428

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ainsi parla le vieil enchanteur, et les hommes supérieurs l’acclamèrent : en sorte que Zarathoustra se mit à circuler, secouant les mains de ses amis avec méchanceté et amour, — comme quelqu’un qui a quelque chose à excuser et à réparer auprès de chacun. Mais lorsqu’il arriva à la porte de sa caverne, voici, il eut de nouveau envie du bon air qui régnait dehors et de ses animaux, — et il voulut se glisser dehors.

*
*           *