Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/369

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais qui donc t’enlèverait ta mélancolie des épaules ? Je suis trop faible pour cela. En vérité, nous pourrions attendre longtemps jusqu’à ce que quelqu’un te ressuscite ton Dieu.

Car ce Dieu ancien ne vit plus : il est foncièrement mort, celui-là. » —

Ainsi parlait Zarathoustra.

*
*           *