Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.








De la Vertu qui rapetisse.
______


1.

Lorsque Zarathoustra revint sur la terre ferme, il ne se dirigea pas droit vers sa montagne et sa caverne, mais il fit beaucoup de courses et de questions, s’informant de ceci et de cela, ainsi qu’il disait de lui-même en plaisantant : « Voici un fleuve qui, par beaucoup de sinuosités, remonte vers sa source ! » Car il voulait apprendre ce qui était arrivé à l’homme pendant son absence : s’il était devenu plus grand ou plus petit. Et un jour il aperçut une rangée de maisons nouvelles ; alors il s’étonna et il dit :

Que signifient ces maisons ? En vérité, nulle grande âme ne les a bâties en symbole d’elle-même !

Un enfant idiot les aurait-il tirées de sa boîte à jouets ? Alors qu’un autre enfant les remette dans sa boîte !

Et ces chambres et ces mansardes : des hommes peuvent-ils en sortir et y entrer ? Elles me semblent faites pour des vers à soie, ou pour des chats friands qui, eux aussi, se laissent manger.

Et Zarathoustra s’arrêta et réfléchit. Enfin il dit avec tristesse : « Tout est devenu plus petit !

Je vois partout des portes plus basses : celui qui est de mon espèce peut encore y passer, mais — il faut qu’il se courbe !