Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.








Des Savants.
______


Tandis que j’étais endormi, une brebis s’est mise à brouter la couronne de lierre de ma tête, — et en mangeant elle disait : « Zarathoustra n’est plus un savant. »

En disant cela, elle s’en alla, dédaigneuse et fière. Un enfant m’a raconté ceci.

J’aime à être étendu, là où jouent les enfants, le long du mur lézardé, sous les chardons et les rouges pavots.

Je suis encore un savant pour les enfants et aussi pour les chardons et les pavots rouges. Ils sont innocents même dans leur méchanceté.

Je ne suis plus un savant pour les brebis : ainsi le veut mon sort. — Qu’il soit béni !

Car ceci est la vérité : je suis sorti de la maison des savants en claquant la porte derrière moi.

Trop longtemps mon âme affamée fut assise à leur table, je ne suis pas comme eux, dressé pour la connaissance comme pour casser des noix.

J’aime la liberté et l’air sur la terre fraîche ; j’aime encore mieux dormir sur les peaux de boeufs que sur leurs honneurs et leurs dignités.