Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
L’ŒIL DU MAÎTRE.


en a l’obligation, puisque j’ai fait ce qu’il fallait pour que M. du Bossage y souscrivît ?

Madame Durut. — Tu cries, mademoiselle, avant qu’on t’écorche ! Tiens, regarde, lis : “ Trois cents livres de gratification à mademoiselle Célestine, pour le dixième d’une épargne de trois mille livres qu’elle a procurée à l’établissement. „ Et cela sans préjudice de ta part d’associée.

Célestine. — C’est parler, cela, et j’aurais d’autant plus mauvaise grâce à me faire trop valoir, que ce petit pince-sans-rire d’artiste s’est donné les airs de me le mettre[1] sept fois pendant la nuit qui fut le pot-de-vin de votre arrangement.

Madame Durut. — Sept fois, mon cœur ; oh ! sur ce pied, ce sera moi, ne t’en déplaise, qui lui compterai, le 30, les mille livres qu’il doit recevoir. Je ne me prévaudrai nullement des dix jours de grâce, et j’espère bien qu’en faveur de mon exactitude à payer il daignera me faire tâter de son savoir-faire.

Célestine. — Rien de plus assuré, car il m’a dit plus de trois fois, à travers les beaux

  1. Entre sœurs on ne se gêne pas.
  I.
8