Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉAMBULE NÉCESSAIRE.




L’ordre, ou la fraternité des Aphrodites, aussi nommés Morosophes[1], se forma dès la régence du fameux duc d’Orléans, tout ensemble homme d’État et homme de plaisir, au surplus bien différent de son arrière-petit-fils, qui s’est aussi fait une réputation dans l’une et l’autre carrière.

Soit qu’un inviolable secret ait constamment garanti les anciens Aphrodites de l’animadversation de l’autorité publique (si sévère, comme on sait, contre le libertinage

  1. De deux mots grecs dont l’un signifie folie et l’autre sagesse. Ainsi les Morosophes sont des gens dont la sagesse est d’être fous à leur manière : Insanire juvat.