Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
À BON CHAT BON RAT.


l’avaler. Pourquoi diable aussi, vous qui ne pesez pas un zeste dans votre fichue Assemblée, demeurer en retard par air et sans autre vue que celle de jouer le capable ?

Le Comte (brutalement en la repoussant). — Eh ! sacrebleu ! laisse-moi ! (La Durut, séparée de lui, s’approche des autres, qui vont toujours leur train.)

La Durut (au comte). — Tu deviens fou, mon cher petit comte. Un autre à ta place ne perdrait pas ainsi la tête. Est-ce bien toi ce même homme si fameux chez nous par ses villettiques prouesses[1] ? Est-ce lui qui peut bouder à la vue de ce superbe cu, posté comme exprès pour offrir une indemnité ? Eh ! viens donc, lâche fouteur ! viens arracher à ton rival heureux du moins la moitié de sa conquête ! Tiens, vois-tu ? (Elle promène une main caressante sur les belles fesses de l’enfilée, et, d’un doigt tant soit peu pénétrant, elle marque certain but.) C’est là,… là que devrait s’éteindre ta colère et s’effacer ton affront.

  1. L’univers sait que l’équivoque marquis de Villette est le président perpétuel du formidable club des citoyens rétroactifs, partant zélé partisan de la Constitution où tout est sens devant derrière.