Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/709

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
159
ON JOUE DE SON RESTE.


coup, tout à fait nullifié. Dans sa mauvaise humeur, il articula faiblement quelques expressions un peu légères ; mais Plantamour avait bien un autre souci c’était de venger à l’instant la céleste Eulalie. Sans tenir compte du mortifié baron, il vint, à sa barbe, brûler un encens réel et copieux sur le charmant autel que l’avantageux n’avait enfumé qu’à peine. Ce dernier ne jugea pas à propos d’attendre la fin de la réparation. Eulalie, enfin seule avec l’étonnant Plantamour, se mit, contre son usage, en frais d’éloges, et lui fit compliment pour payer si bien de la sorte, à vue, les dettes de tout le monde. “ Il s’agirait, lui dit-il galamment, d’acquitter avec vous l’univers, qu’un seul de vos regards me mettrait en état d’y suffire ! „ Un baiser d’Eulalie et quelques moelleux mouvements dont elle était, comme on sait, singulièrement avare, furent la récompense de ces douceurs.

La grande-maîtresse enfin, inspirée de même que l’avait été le reconnaissant grand-maître, nomme Plantamour son premier assistant[1], en consommant avec lui le

  1. Le grand-maître avait deux assistantes ; la grande-