Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/700

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
150
LES APHRODITES


le grand-maître donnés à l’ordre, la première par les frères, le second par les sœurs : c’est l’invariable usage. “ Grande-maîtresse, cria-t-il, la belle Eulalie, madame la baronne de Wakifuth, à la majorité de 137 voix contre 26, partagées entre mesdames de Fièremotte et de Bandamoi ; grand-maître tout d’une voix, sans exception,… l’illustre dom Martin-Christophe Ribaudin de la Couleuvrine, ci-devant très-vénérable abbé de l’ordre de Cîteaux, actuellement militaire… „, acheva l’orateur en baissant le ton, comme s’il eût craint de dire une sottise.

Le cas était unique ; Ribaudin était un intrus[1]. Presque coup sur coup affilié, novice, profès, franchissant à grands sauts toutes les barrières dont les grades étaient séparés, tout à coup il se plaçait fièrement sur le trône des Aphrodites ! Quelques prétentieux frères pouvaient bien en murmurer tout bas, mais les sœurs marquaient leur satisfaction avec ivresse. L’élévation de

  1. Et dans la prélature aussi, car il était né de parents très-obscurs et n’eût été toute sa vie qu’un moinillon, sans les prodigieux titres de noblesse naturelle dont le bizarre destin l’avait gratifié.