Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/631

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
QUEL JEU DU SORT !


signifient donc ces mines et gestes et ces clignotements perpétuels ?

La Durut (lui serrant la main). — Parlons,… pour cause, avec modération (baissant le ton), et plus bas.

Vandhour (moins vivement). — Je ne croyais pas, Durut, que vous fussiez de cette indulgence pour la plus exécrable corruption.

La Durut (avec impatience à son tour). — Oh ! si vous le prenez comme cela, si vous ne voulez rien entendre à demi-mot, il faut bien que je m’explique. (Presque bas.) Le jockey de Limefort est une fille… et ce que vous avez vu… était, par conséquent, la chose du monde la plus naturelle…

Vandhour (haut). — Je ne prends pas ainsi le change de l’attitude…

La Durut. — D’une fille en culottes qui ne peut mieux se poser qu’en levrette ?

Vandhour. — Ah ! Durut, que m’apprends-tu là ?… Me voilà bien plus malheureuse…

La Durut (se hâtant de lui serrer la main et bas). — Malheureux ! toujours malheureux, vous êtes un homme (Vandhour pa-

  IV.
8