Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/582

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
LES APHRODITES


de soin pris pour la plus grande sûreté de l’opération il résulte, par un second miracle, la formation hâtée d’une nouvelle créature dans l’utérus surabondamment vivifié ?

La Durut (s’extasiant). — L’idée seule est d’une sorcière de premier ordre ! Oui, le diable m’emporte ! ou vous l’êtes tout de bon.

La Comtesse. — Nous n’en sommes pas encore au plus intéressant des diableries. (D’un ton comique.) Je veux que l’assemblée frémisse, que les cheveux dressent sur sa tête, même à travers la tempête du plaisir…

La Durut (se levant). — Çà ! tandis que vous allez apprendre à cette belle enfant le rôle que vous lui destinez, je vais, moi, désigner l’ordre général et donner pour après-demain rendez-vous aux coopérateurs. (Elle a déjà fait quelques pas.)

La Comtesse. — Un moment, notre féale. Il est bon de te rappeler que si mon estomac a déjeuné il n’en est pas de même de certain petit écureuil[1] qui n’est de

  1. Plaisanterie familière à la petite comtesse qu’on sait être rousse et qui n’en rougit pas.