Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/563

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
CROYEZ-VOUS À LA MAGIE ?


c’est qu’avant-hier elle en fit prendre une seule goutte… une seule ! sur un morceau de sucre, au vieux Guenillard, le doyen des anciens servants de l’hospice, et qui est à la pension déjà depuis vingt-cinq ans…

Sir Henry. — Eh bien ?

Célestine. — Le pauvre diable avouait que depuis plus longtemps il ne se souvenait pas d’avoir bandé (sauf le respect que je vous dois)…

Sir Henry (vivement). — Eh bien ? eh bien ?

Célestine. — Eh bien ! monsieur, tout de suite il a fait trois fois cette affaire au Pot-de-Chambre[1]. Elle a juré que c’était des bonnes, et… comme du feu, ce que le vieux drille lui a si largement décoché… Pour moi, je ne vois de là qu’un pas à ressusciter les morts. Encore ne dit-on pas que, lorsque Lazare ressuscita, il se soit mis à bander tout de suite, ce que vous ne nierez pas être le plus beau signe de vie qu’il eût pu donner. Une seule goutte pourtant !

  1. On se rappelle que c’est une ancienne servante de l’hospice.
2.