Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/535

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
QUEL POT-POURRI !


et le plus aimé des galants de sa liste. Le trio parcourut l’Europe et s’accommoda volontiers de ce genre de vie pendant deux ans, qui s’écoulèrent sans l’ombre de trouble dans la petite caravane. Cependant, comme on se lasse de tout ce qui est monotone, bientôt cousine et cousin s’occupèrent de se soustraire au contagieux ennui du patron. Il faut convenir que, fort honnête homme, libéral à l’excès et doux jusqu’à la duperie, le baronet est, par contre, avec sa politique et sa mélancolie, on ne sait à propos de quoi, le plus maussade personnage de l’univers…

La Comtesse. — Maussade ! L’homme que tu peins là doit être infiniment aimable à Londres.

La Durut. — À la bonne heure ! Les aimables de ce genre devraient bien rester chez eux, au lieu de venir professer et nous enfiévrer chez nous. Je disais que la nymphe et l’amant-secrétaire s’ennuyaient à périr. Ils n’avaient cependant pas perdu la tête, leur main était faite ; ils pouvaient sans crainte de l’avenir se passer du vaporeux patron ; mais celui-ci était idolâtre de l’a-

14.