Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/529

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
QUEL POT-POURRI !


nos bénéfices ; enfin, qu’il ne s’azissait plus que d’une bonne absolution in extremis pour ces pauvres zacobins, et puis, pendus, écartelés, grillés !

Le Marquis. — Holà ! holà ! notre féal, vous allez un peu vite en besogne. Le plus pressé peut-être ne serait pas de remitrer vos caboches sacrées ; mais si l’on avait pris de sages mesures, on serait sans doute au moment de sauver l’honneur de l’État et de délivrer nos maîtres.

La Durut (vivement). — Pour le coup, voilà l’essentiel, l’honneur de nos maîtres. C’est parler d’or. Ce bon roi, qui a toujours et de si bonne foi voulu le bien ! Cette charmante reine… qui a montré plus de tête à elle seule que toutes les cocardes blanches du royaume !… Jour de Dieu ! je ne suis qu’une putain, mais si…

Célestine. — Laisse donc parler le marquis, ma sœur.

Le Marquis. — Je n’ai plus rien à dire. Voilà madame de Mottenfeu qui bâille…

La Comtesse. — Ce n’est point d’ennui, mon cher Limefort, sur mon honneur !

Le Marquis (montrant mademoiselle