Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/527

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


QUEL POT-POURRI !




QUATRIÈME FRAGMENT.




On franchit quelques détails pour ne pas fatiguer le lecteur. Le marquis donne bien volontiers cinquante louis à madame Durut ; mais celle-ci, pour soutenir un peu plus noblement le rôle d’amie des Limefort, se détache de Violette et la cède au marquis. Il se propose de la vêtir en jockey, son dessein étant de voyager et les malheurs du temps ne lui permettant pas d’avoir une maîtresse sur un ton que, par bonheur, Violette ne connaît pas. Cette aimable enfant ne pense encore qu’au plaisir. En avoir, le devoir à un homme sympathique et qui remplit son objet, c’est le nec plus ultra de ses vœux. Sa fortune est faite.