Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/505

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
131
COMME ILS SE CONSOLENT.


de ton caprice ; il s’agit maintenant d’endurer le mien.

Il ne connaissait pas Fringante. En premier lieu, bien éloignée d’avoir pour Dardamour l’infatigable complaisance de Célestine, mais surtout fière, ne supportant pas d’être contrariée, et très-aisée à fâcher, elle se débat, se dégage, frustre tout net le grand vicaire au plus beau moment, et lui donne le chagrin de tirer son coup en l’air.

Le Prélat (voyant leur mésintelligence). — Eh bien ! eh bien ! il y a du bruit dans le ménaze ! C’est zoli, vraiment !…

Fringante accourt occuper l’autre genou du prélat, et se met tout de suite à partager gaiement l’exercice de sa collègue. Deux doigts de chacune émeuvent artistement le boute-joie béni, qui bientôt recouvre tout son contingent de roideur. C’est à cela que se passe le temps de la séance de Fessange dans les bras de la voluptueuse Zoé. Dardamour, imparfaitement heureux, marque une grande envie de se mettre en tiers et de prendre sur l’attrayant marquis une revanche de l’outrage qu’il vient d’essuyer ; mais Monseigneur, qui se délecte à voir le