Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/497

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
COMME ILS SE CONSOLENT.

Dardamour. — Oh ! parbleu ! le trait est unique ; je veux en divertir ce soir chez…

La Durut. — Tout doux, monsieur l’abbé. Ceci reste entre nous. Quoique la société fût composée de personnes toutes fort estimables, la partie doit demeurer d’autant plus secrète qu’Edmond ne voudrait pas qu’on sût dans Paris qu’on a joué chez lui.

Dardamour. — C’est autre chose.

Fessange. — Tu me permettras cependant, ma chère Durut, de t’observer qu’à travers cette collection de personnes fort estimables il y avait l’héroïne elle-même, madame de Wakifuth.

La Durut. — Qu’à cela ne tienne ! il y avait bien aussi votre cher ami, le comte de Vitbléreau.

Ce nom, cité par malice, rappelle cruellement au trop caustique Fessange son humiliante aventure du bal des parieurs. Célestine et même Zoé ne peuvent s’empêcher de rire malignement et aux éclats. Voilà ce qu’on gagne à manquer d’indulgence quand on est soi-même dans le cas de la réclamer.