Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/488

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
114
LES APHRODITES


commencent à en savoir aussi long que celles de cour. Eh bien ! ma cère Célestine, z’ai vu tout cela sans me sentir, et z’avais la bonté de garder le cien, qui voulait à tout moment se zeter sur l’étranzer.

Célestine. — Jalousie de métier ; rien n’est plus naturel.

Le Prélat. — C’est cela ! le cien était furieux ! Z’ai failli être mordu dix fois : heureusement, z’en ai été quitte pour mes mancettes.

Célestine. — Mais, mon toutou, cela n’avance pas. Regarde à droite, à gauche : tes acolytes se conduisent beaucoup mieux que toi…

En effet Fringante est fort en gaieté, folâtrant avec le brillant boute-joie du grand vicaire. Fessange n’est pas tout à fait en aussi grande faveur auprès de la timide Zoé, mais l’espiègle négrillonne ne laisse pas de bien rire, voyant en si beaux frais d’érection l’entreprenant marquis duquel son goût serait bien de contenter la lubrique espérance ; mais elle a garde de se laisser deviner, et même elle se propose de lui refuser les plus douces faveurs, à moins