Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/401

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
EST-IL POSSIBLE ? POURQUOI NON ?


Dorothée vient boucher l’énorme solution de continuité qu’on sait et dont l’espiègle Durut n’a pu s’empêcher de rire à la sourdine. Quoique le factice boute-joie ait onze pouces de long et sept de circonférence, il s’ajuste à merveille, et Rosette le reçoit tout entier. On ne conçoit pas d’abord où ces dames à grandes balafres peuvent loger des corps étrangers desquels le spectateur craint d’abord que l’effet ne soit mortel. Il faut laisser aux naturalistes le soin de résoudre ces profondes énigmes. Les ignorants n’ont qu’à se rappeler que tous les jours on voit sortir de chez une femme délicate, svelte, un gros enfant plus volumineux encore que le joujou qu’on vient de décrire. Bref, si madame de Valcreux ne se plaint point, ce n’est pas à nous à trembler pour elle. Bien au contraire, prenons part à la vive sensation que lui cause un cylindre, quoique inanimé, qui touche enfin partout : c’est ce que depuis longtemps les vivants n’ont pas fait chez elle. Observons avec intérêt les frétillements que lui causent ces émoustillantes nodosités dont nous avons parlé plus haut. Le plaisir naît pour