Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
EST-IL POSSIBLE ? POURQUOI NON ?


cela ? Les décrets d’en haut sont de nature à confondre toutes nos idées. Un seul homme peut se tromper, mais crois que lorsqu’un chapitre, ayant un digne chef à sa tête, est unanimement d’accord sur un point canonique, il faut bien que l’Esprit saint se soit expliqué !

Madame de Valcreux. — Si bien que te voilà confiée aux disciples d’Élie. Combien y en avait-il ?

Madame de Montchaud. — Trente-sept seulement en état de coopérer à l’œuvre pieuse. Ils me procurèrent d’abord de bien solides consolations ! Pendant les huit premiers jours, Satan avait trouvé à qui parler. Il avait eu parfois jusqu’à trente assauts à soutenir dans sa forteresse, et malgré son feu d’enfer c’était à qui le braverait avec le plus d’intrépidité. Cependant un malheureux contre-temps le servit à merveille. La lettre qu’on avait écrite au Saint-Père à mon sujet n’arriva qu’au moment où Sa Béatitude venait d’être atteinte d’une maladie qui a failli la conduire au tombeau. Mon affaire fut donc négligée à Rome, et le zèle avec lequel, au contraire, on s’en occupait

  III.
2