Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
168
LES APHRODITES


surprenant à écouter ce qui se passe dans le cabinet, ose, à la faveur des ténèbres croissantes et… Mais la baronne s’apercevant d’un genre d’hommage qui n’est pas celui qui l’intéresse le plus, pense se fâcher. “ Monsieur, dit-elle (ne sachant pas encore à qui elle parle), sans m’en prier, c’est un peu fort ! — Comment, c’est vous, délicieuse baronne, répond Concraignant qui redouble d’ardeur, je ne vous avais prise, ma foi, que pour madame de Curival qui m’avait promis de venir par ici s’égarer à mon profit. Je suis un grand maladroit de ne m’être pas d’abord aperçu de tout ce que je gagne à la méprise. „

Cependant l’arrière-besogne allait son train. Outre que la baronne était sensible au compliment, elle n’était pas fâchée que Concraignant négligeât d’adoucir sa voix ; ainsi, tout à la fois, elle faisait preuve de

    s’exposer à de si cuisants repentirs. Dès lors, ayant du caractère, et ses modestes six pouces et demi ne l’ayant pas mis dans le cas d’être réclamé du souverain oriental, il sert l’occidental avec autant de constance que de zèle. Là se borne son hérésie, car où l’objet de sa terreur (non de sa haine) ne se trouve pas, il n’y a point de plaisir pour ce galant homme.