Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/313

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
131
LA PIÈCE CURIEUSE.


connais madame la baronne : elle saurait très-mauvais gré à qui que ce fût de l’avoir dérangée, et d’un ; ensuite, que savez-vous si, ne devant être que peu prévenue en votre faveur, l’humeur que vous lui donneriez en ce moment ne gâterait pas absolument vos affaires ; au lieu qu’en vous y prenant bien, il y aura peut-être encore du remède.

Le Prince. — Ma foi, comte, vous avouerez que Durut parle comme un oracle… Voyez tout, et si à la fin vous n’êtes pas désenchanté, libre à vous alors de risquer une reconnaissance…

Le comte ne répondit rien à ce persiflage. Comme il ne paraissait plus menacé de faire la carpe sur nouveaux frais, la présidente Durut descendit et reparut dans l’enceinte pendant l’entr’acte de la quatrième à la cinquième accolade.

Le cinquième accouplement mit Foutencour aux prises avec madame de Troubouillant, qui ne le couva pas comme avait fait la baronne. Mâlejeu passait à madame de Cognefort : il résulta de l’analogie de leurs manières une sorte de tempête qui