Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
89
À QUOI BON ? ON LE SAURA.

Le Comte (à mi-voix, la retenant un instant). — J’ai quelque pressentiment de perdre… Dans ce cas, il me faudrait bien un quart d’heure de votre compassion pour me consoler…

Célestine (lui touchant dans la main). — Cela va, foi de coquine !… Voilà toujours un à-compte. (Elle le baise avec la plus flatteuse expression.)

Le Prince (gaiement). — Pas mal. (On sort.)

On aura dans un nouveau cahier la suite de cette aventure.


FIN DU NUMÉRO TROIS.

8.