Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TANT PIS, TANT MIEUX




DEUXIÈME FRAGMENT




LA DUCHESSE[1], MADAME DURUT

La Duchesse (dans le déshabillé le plus négligé, mais le plus coquet, et avec beaucoup d’agitation). — Je vous avoue, ma

  1. La duchesse de L’Enginière, très-grande femme, proportions fortes, sans épaisseur et sans mollesse. Traits et caractère de Junon. Grands airs, principes hardis, conduite imprudente. Belle peau, belles dents, superbes cheveux chatain-brun. Tempérament moins ardent qu’exigeant et capricieux. En tout une femme infiniment agréable pour ses favoris et pour les femmes dont le goût est de s’écrire sur la liste de ses amants ; mais peu goûtée des hommes qu’elle traite moins bien, et cordialement détestée de tout le reste de son sexe. L’âge ? À peu près vingt-trois ans, dont on avoue dix-neuf.