Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
AH ! LE BON BILLET.


Cette permission, ou cet ordre, était à peu près inutile, car Alfonse avait déjà une jambe sur le lit. Il s’élance… Deux verres d’eau ne sont pas plutôt mêlés, confondus, unifiés, que ces lascives et brûlantes créatures. “ Fou… tre ! „ souffle la marquise, avec un baiser volcanique, jusqu’au fond de la poitrine de son fortuné vainqueur.

La Marquise (ressuscitant). — Ah ! des fous comme toi sont bien faits pour dégoûter à jamais des gens raisonnables !

Il est superflu, sans doute, d’observer ici qu’après le degré de liaison qui venait de se former entre la marquise et le bel Alfonse il peut se croire dispensé de soutenir le double rôle de domestique et de fou. De courts éclaircissements, qui nous sont tout à fait inutiles, eurent bientôt mis l’heu-

    l’expérience de ces sortes de conjonctures de m’adresser quelques tournures du bon ton, quelques jolies phrases qui, sans affaiblir les situations, puissent suppléer à des obscénités, véritables taches dans cet historique et très-moral ouvrage. Nous avons essayé de triomphez donc… d’achevez ma défaite… de faites-moi mourir,… etc. Tout cela ne nous a pas paru valoir cette énergique foutre ! mets-le donc !… Quel dommage qu’on ne puisse accommoder la bienséance qu’aux dépens de l’expression ou de la vérité !…

    (Note de l’Éditeur.)

6.