Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
AH ! LE BON BILLET.


encore charmant dans ce modeste équipage. Madame Durut lui fait le bec : on convient qu’il aura l’air docile et timide d’un débutant auquel il importe de faire avec succès les premiers pas. Quand tout est prêt, on lui met à la main le déjeuner de la marquise avec ce petit mot cacheté d’une oublie : “ Les jeudis donnent ce matin : ils occupaient déjà Criquet et Belamour quand je suis rentrée. Lavigne est pourfendu. Zoé n’aurait pas fait votre affaire. Croyez-moi, belle dame, servez-vous de ce grand innocent, dont je serais d’ailleurs bien aise que vous puissiez me rendre assez bon compte pour qu’il méritât d’être attaché, comme il le désire, à cet établissement. Bon appétit, et bien du plaisir, respectable autant qu’aimable et belle marquise. — Agathe Durut. „


LA MARQUISE (au lit), ALFONSE
(avec le déjeuner et le billet).

La Marquise (étonnée). — Eh bien, vous vous trompez, mon ami ; ce n’est pas pour ici.