Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
39
EH BIEN ! JE RESTE.


que lorsqu’il ne lui est plus possible d’éclaircir le moindre doute, s’il lui en restait.

Madame Durut. — J’avoue que j’ai eu peur un moment que tout le projet de société ne s’en allât au diable.

La Marquise. — Nous sommes convenus de nos faits. Il me reste… Nous partirons dans deux jours… Eh bien, Durut, croirais-tu que malgré le roman de cette aventure et son plein succès je ne suis pas parfaitement contente ?

Madame Durut. — De votre homme ? ah ! je trouve qu’il a fait les choses à merveille.

La Marquise. — C’est à moi que j’en veux. Tu ne pouvais choisir mieux pour moi ; j’ai besoin que l’homme qui m’accompagnera soit absolument tel qu’est Limecœur. Eh bien, malgré cela,… certain je ne sais quoi semble m’assurer que je fais une sottise.

Madame Durut. — Oui bien, de vous expatrier ! Mais si vous devez exécuter le maussade projet de quitter Paris, vous ne pouvez le faire avec plus d’agrément