Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
LES APHRODITES


même objet aurait sur elle de grands avantages ; j’espérais, en un mot, que vous, effrayé de cette figure et ne pouvant consentir à vous engager, seriez moins rétif pour… moi, puisqu’il faut vous le dire, pour moi qui me présenterais dans le moment où vous auriez déjà accepté des propositions et où l’individu proposant aurait seul fait naître un obstacle ; j’espérais, en un mot, que moi, qui sais aussi peut-être apprécier les hommes, je vous déterminerais à me suivre… Mais, étrange, et sans doute unique, vous êtes allé donner dans le piége d’une femme… qui, malgré le succès de son art insidieux, n’a pas osé croire elle-même à l’existence du prestige ! „

Madame Durut. — J’aurais voulu voir la sotte figure qu’il devait faire en ce moment.

La Marquise. — C’est la mienne, au contraire, qu’il a rendue fort ridicule. “ Qu’elle me connaît mal ! s’est-il écrié. — Soyez franc, vous l’avez eue ! et par un excès de délicatesse vous vous croyez obligé… — Le secret de notre entrevue n’étant pas tout entier le mien, je suis forcé