Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/185

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ELLE A BIEN FAIT.




PREMIER FRAGMENT.




La scène est chez madame Durut, dans sa chambre à coucher : elle est encore au lit.


MADAME DURUT, CÉLESTINE
(en négligé de travail du matin).

Célestine (à mi-voix). — Dort-on toujours ? Puis-je entrer ?

Madame Durut (bâillant). — Entre, entre, Célestine ; je dormais encore, mais n’importe.

Célestine (faisant jour). — Ah çà ! dis-moi, ma chère aînée, ne m’est-il pas un peu