Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES APHRODITES




C’EST TOI ! C’EST MOI !




PREMIER FRAGMENT




Le Chevalier[1] à peu de distance de Paris, à cheval et seul, reconnaît un local à portée duquel il se trouve pour celui que lui

  1. 1° Le mélange du dialogue au récit nous a paru plus propre que l’un ou l’autre exclusivement à prendre dans ce genre-ci. — 2° Comme le simple nom d’un personnage qu’on introduit sur la scène n’apprend rien au lecteur, afin que l’imagination n’ait aucune peine et ne se mette pas en frais de fausses idées, nous définirons exactement chaque acteur au moment où il sera fait mention de lui. — En conséquence : le Chevalier, vingt ans ; charmant jeune homme fait à ravir ; une de ces physionomies si