Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


OÙ EN SOMMES-NOUS ?




SECOND FRAGMENT.




La conversation qu’on va lire se passe dans le logement de madame Durut, où l’usage est d’introduire d’emblée toutes les personnes connues qui ont à lui parler.


LA MARQUISE[1], MADAME DURUT.

La Marquise (gaiement). — Me voici !

Madame Durut. — Soyez la bien venue,

  1. La marquise de Fièremotte : vingt et un ans ; brune, grande, svelte. Taille de Minerve, traits gracieux et fins, aux yeux près, qui sont longs, à fleur de tête et décorés de prunelles brûlantes, si grandes, qu’on n’en voit jamais que les deux tiers dans les moments de la plus pétulante vivacité. Le nez, fin, bien dessiné, n’est ni aquilin, ni en
  I.
10