Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à certain prince, amateur des arts, et qu’on ne nomme point. C’est quelque part dans ses états que se passe la sçène vive que représente notre tableau. Le jeune homme que subit Mignoni, tandis que ce dernier exploite la cantatrice, c’est le prince lui même, qui est un seigneur fort débauché. Les fredaines des empereurs romains, parvenues jusqu’à nous, graces aux soins que Suétone prit de les recueillir, ont appris à son altesse que, sous les yeux de Vénus et de Priape toute distinction humaine soit de sèxe, soit de rang social, disparait. En conséquence, Monseigneur dérogeant d’une part avec le plébeyen Mignoni, déroge bien pis encore avec le jeune Hinterbohrer, son valet de chambre coiffeur, qu’on voit prendre avec l’altesse une excessivement familière liberté ; mais telle est la bisarrerie du maître qu’il jouit rarement, de telle façon que cette fantaisie lui prenne, sans se faire donner l’accessoire auquel on le voit soumis… Hinterbohrer est, de tous les attachés subalternes celui de qui le prince reçoit le plus volontiers ce galant service… On voit le Nicodème du jeune Cæsar allonger les levres pour arriver jusqu’au bijou-d’amour d’une dame placée du côté des têtes du grouppe couché. Cette jeune personne est la première dame d’honneur de la princesse… Celle-ci (nous voulons dire la dame d’honneur) est une singulière créature, qui s’est frappé l’imagination d’une prophétie qu’on lui a signifiée, savoir : que si elle faisait un enfant, elle en mourrait. Heureusement, elle avait alors déjà favorisé quelques hommes, sans que le fatal accident d’une grossesse lui fut arrivé ; mais, dèslors, elle ne permet plus aucun acte naturel à crud. Si, ce qui est très rare, elle accorde à quelqu’un l’insigne faveur d’entrer chés elle par devant, il faut indispensablement que l’heureux soit vêtu de ce petit fourreau sans couture qui porte le nom d’une ville ci-devant épiscopale de France ; mais comme nous l’avons déjà dit, elle accorde très rarement cette faveur-là. Quand à tout le reste du bien que peut faire et recevoir une femme, elle y est aussi complaisante qu’habile. Ayant reçu de la nature des arrière-charmes infiniment désirables, elle se fait gloire d’y permettre le plus facile accès, et ces esprits-ignés, qui chés les dames ont leur résidence ordinaire à l’orient oûest, capitale du domaine des plaisirs, (parceque c’est là qu’on leur rend communément un électrique hommage), ces esprits se sont sensément partagés chés Mde. de Bivia, et trouvent aussi leur compte à l’occident, beaucoup plus fréquenté, graces à la peur capricieuse de cette belle.