Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


scélérat maté, ne se souvient plus que son pistolet est vuide. Il vise Tonnère, mais inutilement. Les délinquans sont arrêtés, garotés et par égard pour Mr. de Monroc, dont on reconnait le neveu ; l’exempt conduit toute la troupe au chateau de ce seigneur. Guillot, quoique blessé, n’est nullement en danger ; il a même pu marcher jusqu’au bout avec les autres…

Croyés-vous que Mr. de Monroc, instruit de l’attentat, va tâcher d’appaiser l’affaire, et garder chés lui les coupables ! Point du tout — Il renonce, devant tout le village rassemblé, le parent indigne qui vient de perdre l’honneur. Il presse l’exempt de conduire au siège principal de la province les infâmes ravisseurs, et cela s’exécute sans que son œil sévère répande une seule larme…

La Ricanière ne s’éloigne pas sans vomir un torrent d’imprécations atroces contre celui qui ci-devant était son bienfaiteur. Diavolo pris, était le plus pusillanime des hommes, il suppliait, on le huait : et sa détresse égayait de quelque comique ce que cette tragédie avait de farouche…

Quant aux imprudentes femelles, après les avoir bien grondées d’une partie de plaisir, qui déposait contre leur vertu, Monroc fit à leur égard ce qu’il y avait à faire. Il hâta leurs mariages en leur composant une petite fortune. Les amans masculins se seraient peut-être volontiers dispensés pour lors d’épouser, mais le Caton seigneur tint ferme auprès des familles, pour que le scandale fut réparé par une union indissoluble.

A travers la procédure, qui fut longue, on acquit sur le compte du sieur Diavolo, des renseignemens très criminels, et qui lui firent enfin obtenir tout de bon la corde, mille fois méritée. Son maître cassé, deshonoré, aurait subi une prison de plusieurs années, si d’autres parens, moins fermes que Mr. de Monroc, ne se fussent intéressés à faire commuer le châtiment du vaurien, en un exil pour le reste de ses jours, en Amérique, quelqu’un de sa famille avait une partie de sa fortune.




L 2
LES