Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


convenaient à un dissolu, passionné pour cet emploi du tems qui consiste à veiller tard, se lever à midi vivre chés les restaurateurs, courir les petits spectacles, hanter les boudoirs des coquines et les tripots de jeu. — Comme pas même l’ombre de ces objets désirés ne se trouvait chés Mr. de Monroc, ennemi de la cuisine chimique et des voluptés charnelles, et qui de sa vie n’avait compromis un écu sur une carte dans l’espoir d’en acquérir un autre, Mr. de la Ricanière, bien nourri, commodément logé se croyait tout de bon à la Trappe.

Mr. de Monroc avait de bons livres, mais Mr. de la Ricanière ne lisait pas même des Romans, et, le portier avec tous ses semblables, manquait à la biblioteque du cher oncle, où ce qu’il y avait de plus gai était les théâtres de Regnard et de Molière. Mr. de Monroc avait quelques chevaux, qu’il n’était pas défendu à Mr. de la Ricanière de monter : mais comment en fourcher un limousin à tous crins, taille d’escadron, et une jument normande avec ses oreilles naturelles ! Comment mettre le cu sur des selles à la genette !

Comme Mr. de Monroc ne voyait personne, un voisinage aurait volontiers reçu le neveu mécontent, pour lui dire du mal de l’ours d’oncle. Quelques Dames de chateau, qui croyaient voir dans Mr. de la Ricanière un jeune seigneur de cette cour qu’on croyait aux champs, être un paradis terrestre, ces Dames eussent volontiers joué de la prunelle, en faveur de Mr. le Chevalier ; mais la plûpart avaient la réputation d’être attachées à leurs maris. Des préjugés ! C’était de quoi dégouter un agréable. Partager une femme de province avec un braconier-gentilhomme ! Fi donc !… n’arriver là qu’après avoir filé le parfait amour ! Quel ragout pour un dragon ! Une coquine qu’on partage tous les jours avec des escrocs pendables et des laquais : Passe… Il y a du piquant à cela…

Quand toutes ces idées venaient à rouler dans la tête de l’ennuyé Chevalier, il lui prennait des accès de noire mélancolie, pendant lesquels, avouait-il noblement, il aurait donné sa vie pour deux liards. Encore du moins s’il avait eu près de lui, l’excellent, l’admirable, le fidèle, l’incomparable Diavolo !