Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

l’Abbé. Ma foi !… si vous ne vous défendés pas… je vous avertis… qu’il y est…

La Présidente. On le sent bien, peut-être. Mais vous savés la chanson :

„ On s’expose à compter deux fois
quand on a compté sans son hôte.

l’Abbé. A la bonne heure, (il achève son infamie : puis tout aussitôt il se remet à compter avec l’hôte véritable.)

La Présidente. A la bonne heure.

Pendant cette scène parlante, le Chevalier a fait aussi deux fois, à la muette, la partie de ses Dames. Laissons les à la besogne : tout ce qui pourra suivre n’est plus de notre cadre.





I 2