Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mlle. de Franchemotte. Nous n’en mourrons pas nous autres ; car nous voilà devenus méchans comme la gale.

Mde. de Prudejoye. Sentons donc, mes enfans, de quelle importance il est de bien cacher son jeu ! Nous ne sommes pas de mauvaises langues, assurément ; mais je connais dans la ville plus de vingt personnes, hommes et femmes, qui sont de vrais emporte-pièces. Qui de nous voudrait que ces gens-là vinssent à être aussi bien au fait de nos petites gaietés accoutumées que nous le sommes des aventures de la Fourchaud ! Pour mon compte je crois que je m’engloutirais à cent pieds sous terre… Il me semble déjà que j’entends la vieille baronne de St. Charnier et sa begueule de nièce, s’exercer sur ma friperie…

l’Abbé. Oh ! là, vous n’avés rien à craindre, elles ne médisent que de la qualité. Ce sont ces enragées d’avocates qu’à votre place je redouterais : l’envie qu’elles portent à toute femme dont le mari est en charge, les convertit en familières d’une inquisition civile aussi terrible que celle de Goa. Ces drôlesses vous savent le nom, le surnom des grand-pères, grand-mères dont on est sorti. S’il-y-a dans une famille quelque ternissure, quelque ridicule héréditaire, elles en savent l’histoire sur le bout du doigt. Elles ont compulsé toutes les minutes des contrats, chés leurs frères, cousins, compères gardenotes, chés leurs alliés les curés et vicaires ; elles ont pris connaissances des dates des mariages, baptêmes, décès &c. de sorte qu’une pauvre conseillère, par exemple, ne peut impunément dissimuler une douzaine d’années, ou la très humble roture de sa naissance, ou le trop tôt d’un premier enfant, ou le trop tard d’un postume !

La Présidente. C’est ainsi qu’avant hier, j’appris que la petite demoiselle de Montgalant qui est sur le point d’épouser un de nos jeunes dadais, a sept ans de plus qu’elle ne se donne, qu’elle vint au monde au bout de six mois du mariage de sa mère, fille d’un banqueroutier de Beaucaire, lequel était sur le point de subir une sentence de Pendaison, sans un frere qui tomba des nües pendant le procès, arrivant d’Amérique, avec une fortune pas trop bien acquise non plus.