Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


belles enveloppes ; ensuite on étourdit le public des fredaines d’autrui, recueillies dans le loisir de la fainéantise. De la sorte, on évite d’être jugé s’érigeant en juge soi même… Ecoutons un peu comment en usaient les gens de cet ordre pendant les entreactes de leurs petites débauches. Les personnes que nous voyons ici rassemblées sont de la classe de ces juges-public, et vont nous donner, de leur charité, comme de leurs mœurs, un échantillon.

On n’en était pas encore aux folies dont notre quatrième planche offre la représentation, quand Mde. de Prudejoye, arrivant la dernière, essoufflée et le sourcil froncé se hâte de dire aux assistans :

Mde. de Prudejoye[1]. Pour ça ! Bientôt il faudra s’enterrer tout vif ! Il ne sera plus possible de vivre avec les humaines… Je viens de chés cette du Puisard[2] il y avait bien quinze personnes. J’ai surpris ce cercle occupé de la liste des hommes que s’est donnée pendant l’année, Mde. de Fourchaud[3]. J’ai trouvé nommés la dedans plusieurs individus qui m’intéressent beaucoup ; mais ce qui m’a surtout indignée c’est l’indécence des commentaires qu’on s’est permis, et le ton de corps de garde que cette dévergondée de du Puisart souffre qu’on introduise dans sa sociéte ! La pauvre Fourchaud ne relevera pas de cette satyre : on ne peut mieux y détruire une réputation…

La Présidente[4]. Cela n’est pas charitable ; mais aussi pourquoi les femmes qui ne sauraient s’en passer ne choisissent elles pas des gens discrets, de la part desquels, elles ne seraient point compromises.

Mlle. de Franchemotte[5]. La précaution serait encore in-

  1. Brune piquante sans dire une beauté ; beau corps, charmes ménagés, tournure agréable, grand tempérament, 22 ans.
  2. Veuve, tenant tripot de jeux de société.
  3. Jolie femme d’un ci devant entreprenneur des vivres qui s’est ruiné.
  4. Elle a été jolie, elle est vache maintenant et molle. Elle se donne comme une prise de tabac.
  5. Belle blonde, toujours gaïe, bonne, fort catin, d’ailleurs ne manquant pas de décence.