Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veut dire cet accouplement, où nous le voyons de serre file[1], et pourquoi c’est une jeune Demoiselle qui exerce ses pinceaux à rendre au naturel ce scandaleux grouppe.

Quelques années apres l’aventure de Mlle. Desaccords (ci-devant décrite) Madame de la Grapinière, lasse enfin des femmes (que dès lors elle nomma viande creuse) prit le parti de se livrer aux hommes à corps perdu. Ce fut seulement alors qu’elle commença de s’attirer, de la part de son lubrique époux, une considération solide et sentie. Aussi long tems que Madame n’avait fait que rompre des armes à la sourdine, ou du moins avec quelque prétention à l’incognito, Monsieur ne s’était regardé que comme un cœur d’espèce bourgeoise, et cela n’avait eu du tout de quoi flatter son chatouilleux amour propre.

Mais par différens rapports entre les Pasquins et les Martons respectifs, Mr. de la Grapinière fut enfin convaincu, que Madame commençait à jouir d’un certain lustre parmi les plus fameuses messalines et amateurs de la capitale ; que plus d’un des jouteurs qu’elle avait formés devenait le caprice des connaisseuses du haut vol, que réciproquement elle savait leur enlever de ces surprenans mérites. Alors il commença tout de bon à se féliciter d’avoir une si adorable femme, à se repentir de ne pas l’avoir ci-devant assez bien connue, à s’accuser d’avoir été peut-être cause par son peu d’empressement auprès d’elle, que ses grandes qualités lascives ne se fussent développées que si tard ; en un mot, rapportant bientôt aux pieds de sa célébré épouse tout son encens, il se constitua le plus enthousiaste de ses admirateurs, il redoubla pour elle d’égards, comme de prodigalités. Il en coûtait bien peu de chose à Madame pour s’acquitter de tout cela… ses bontés ? non. Mr. de la Grapinière qui commençait à se sentir baisser, se rendait assez de justice pour reconnaître qu’il n’était plus fait pour solliciter une rentrée dans son privilége conjugal, apportant des unités où l’on est accoutumée à ne plus recevoir que par

  1. En termes militaires on nomme file trois soldats qui se suivent serrés, et celui des trois qui est le dernier est de serre file.