Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’est pas des plus diligentes à éprouver l’effet de ce joli badinage. Il lui vient à l’esprit, mais elle garde in petto, qu’elle aurait eu peut-être plus de plaisir, si le Comte eut pu consommer son impertinence. Dans le fait Mde. de la Grapinière n’est rien moins que décidément tribade, s’il lui est commode de l’être le matin avec sa maîtresse de harpe, elle trouve aussi fort agréable de recevoir à d’autres momens, le solide hommage des cavaliers qui sont admis chès elle. Ainsi le soufflet est, dans la réalité, moins flatteur que ne se l’est imaginé la vaine Desaccords, ou plutôt qu’elle n’a fait semblant de le croire. Mais il n’y avait que cette porte pour sortir convenablement de l’embarras où l’on venait de faire la faute de se jetter. Mde. de la Grapinière paye douze livres chaque leçon, et, coup sur coup, elle fait des présens considérables. Comment renoncer à cela ! Mais, tous ces calculs respectifs de la fausseté feminine passent par dessus le benet de Comte, qui n’est point un aigle. Il n’a qu’un souci, c’est de savoir si sa résurrection étant un peu prompte, (comme il cherche à la provoquer,) il ne pourra pas tout-à-l’heure obtenir un refait… Mais avant qu’il n’en soit là, un bruyant coup de sifflet se fait entendre. C’est le chasseur, qui siffle ainsi, selon la convention. Autrefois on ne sifflait que pour les chiens. Bientôt la mode est venue de siffler pour certaines domestiques, ceux-ci enfin ont reçu, ou prennent la permission de siffler pour leur maitres. Qu’importe, pourvu qu’on s’entende !… Mais la décence ?… A quoi bon ! En même tems que le Comte est sorti, Mde. de la Grapinière a sonné pour son valet de chambre, esçogriffe peu scrupuleux, qui est fort au fait de voir sa maîtresse prendre leçon, comme elle le fait dans ce moment. Elle lui dit mystérieusement à l’oreille, quelque chose donc il ne faut pas que Desaccords elle même entende un seul mot. Il est question de faire prier l’abbé de garder un profond secret sur l’avanture de la passade manquée ; de lui faire comprendre que la publicité de pareil affront serait une tâche pour deux réputations, et qu’enfin si le comte est susceptible de contrition pour sa faute insigne, on sera capable de lui fournir l’occasion de la réparer. Mr. de la Fleur, souriant avec espièglerie, va faire la commission, dont-il a encore le tems de s’acquitter avant le départ de la voiture.


Cependant