Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout comme un autre, de cette vaniteuse conseillère, qui trainait partout pour se donner un ton de princesse, sa demoiselle de compagnie, dont au logis elle aurait volontiers exigé tout le service qui aurait procuré l’épargne d’une femme de chambre.

Le Comte. Vous avés encore d’autres ennemies.

Mlle. Desaccords. Est-ce Mde. de Barbotte, parceque certain jour je la surpris dans les bras de son laquais ? Est ce Mlle. de ... (je ne la nommerai pas) à qui j’ai refusé de l’accompagner chés la Bricard, où elle voyait trois fois par semaine l’un ou l’autre des principaux sauteurs de Nicolet ?

Le Comte. Comme le naturel perce à travers cette bizarre justification ! Je me rangerai bientôt aussi moi-même du côté de vos détracteurs, et ce sera bien malgré moi, car j’avais les plus grandes dispositions à vous aimer à la folie.

Mlle. Desaccords. Mille graces. Je vous en tiens quitte.

Le Comte. D’honneur ! J’ai pensé vingt fois à vous prier de venir me donner leçon.

Mlle. Desaccords. (prenant une livre.) Finissons, s’il vous plait.

Le Comte. (lui prenant une main) Non charmante, vous ne lirés point. Je veux vous prêcher un peu… pour votre bien : uniquement pour votre bien, entendés vous…

Mlle. Desaccords. (à part) Quel supplice !

Le Comte. Vous n’étiés pas comme cela vous dis-je, lorsque vous avés commencé de vous faufiler. C’est une fort belle chose vraiment que de jouer de la harpe et de chanter comme vous faites…

Mlle. Desaccords. Après ?