Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prétention la roue à nos promenades et à nos spectacles de la capitale ?… Ils ne sont pas mal, (répond nonchalament Mlle. Lajoie.) Dès lors Mlle. de Beaucontour ne cesse plus de lorgner les jouvenceaux ; c’est avec une hardiesse et des mines telles que bientôt elle les voit en rougir, ce qui la divertit au possible. Enfin on met pied à terre à certain endroit (le local de la planche).Mlle. de Beaucontour reconnaît la hute champêtre, la poissonnière etc… Mais elle a beau regarder de tous côtés elle ne voit point ces galans empressés, que d’après les confidences qu’on lui a faites, elle suppose attendre impatiemment… Alors …

Mlle. de Beaucontour. Qu’est-ce que cela veut dire, ma chère Lajoie ?

Lajoie. Quoi ! qu’est-ce qui vous intrigue ?

Mlle. de Beaucontour. L’absence de ces adorateurs qui t’ont envoyé la barque deux heures plutôt que tu n’en étais convenue avec eux.

Lajoie. Que voulés-vous dire ?

Mlle. de Beaucontour. Qu’il sera fort maussade de croquer ici le marmot.

Lajoie. Je n’attends plus personne.

Mlle. de Beaucontour. Mais tes amis, tes amans ?

Lajoie. Ils sont ici,

Mlle. de Beaucontour. Où donc ?

Lajoie. Vous êtes aveugle apparament.

Mlle. de Beaucontour. Ça, prétends-tu te moquer de moi ? que je meure si je vois personne.

B 2