Page:Naudet - Notice historique sur MM. Burnouf, père et fils.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’un travail mécanique ? ou n’a-t-on pas plutôt affaire à des mémoires intelligentes, qui peuvent procéder par analyse et par raisonnement du connu à l’inconnu, de l’élément à la composition, se rendre un compte exact de l’essence, des fonctions, des rapports de toutes les parties du langage, écarter les fausses hypothèses, et affermir en soi les connaissances acquises par la démonstration des principes qui les régissent ? La méthode substituée à la routine mêle ainsi aux leçons de rudiment un cours de logique, et par une philosophie naturelle et inaperçue l’homme contracte dès les premiers pas l’habitude de la réflexion et de l’examen.

M. Burnouf, par la force de l’évidence et de l’utilité, par la clarté et la simplicité de son système, remporta un insigne avantage, que la grammaire latine de M. Gueroult, son maître, malgré l’autorité du nom et de la position, n’avait point obtenu ; il fut tout d’abord réformateur. Sa modestie se serait effrayée d’un pareil titre. Il s’efforçait, au contraire, de renier tout mérite d’originalité et de placer son travail sous la protection de quelques grands noms. Il y a des temps dans la vie des écrivains et des savants où l’on a besoin de se dire imitateur pour faire accepter sa propre initiative ; il y en a d’autres où l’on peut donner des idées d’emprunt pour des créations. C’est la différence d’une réputation à faire avec une réputation faite. Le jour ne tarda pas à venir pour M. Burnouf où il servirait à son tour de modèle et d’autorité.

De même que tous les hommes dont un rude labeur, sous la direction d’un jugement ferme et droit, a mûri et accompli lentement, mais sûrement, les ouvrages, et qui s’y attachent comme à un bien dont ils ont chèrement acheté la possession, comme à des vérités dont ils