Page:Naudet - Notice historique sur MM. Burnouf, père et fils.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NOTICE HISTORIQUE


SUR


MM. BURNOUF, PÈRE ET FILS


Dans les temps qui suivirent la renaissance de l’antiquité classique, lorsque les lettres étaient une dignité et l’érudition une puissance ; dans ces temps de mémoire bien ancienne pour nous, où les traditions, les mœurs, les états se conservaient dans les familles comme par une loi d’hérédité, il n’était pas rare de voir le culte et les honneurs de la science transmis de père en fils avec le patrimoine, ou comme patrimoine unique et tenant lieu de tout autre. Ainsi brillèrent au xvie et au xviie siècle, associés quelquefois par les travaux, toujours par la renommée, Jules et Joseph Scaliger, le grand Scévole et Abel, Scévole et Louis de Sainte-Marthe, Daniel et Nicolas Heinsius, Jean Dousa et ses trois fils, les deux Gronove, les deux Vossius, la double lignée des Burmann.

Cette noblesse de science, nous l’avons vue se renouveler dans la maison des Burnouf, le père s’étant créé sans secours domestique, par lui seul, un nom qui fut agrandi et illustré par le fils. De même que les sentiments et les études les unirent pendant la vie, qu’ils soient unis dans l’histoire, aujourd’hui du moins, par